ODJ - Episode 14

April 15, 2016

Shiva Pt.1

 

15 février 3305 :

 

Durant la détente de l’équipage sur Warao A 3, Sarah et le commando ont réussi à maintenir l’ordre face aux hors-la-loi qui se sont présentés après la destruction du Sobek. Les autorités Nordiques ont procédé à cinq arrestations en tout, puis le Helheim a repris ses activités. Les bandits qui ont été arrêtés ont tenté d’assassiner plusieurs membres de l’équipage qui ils avaient pied à terre, mais sans succès. Les hors-la-loi faisaient partie d’un clan qu’ils nommaient ‘La Dague du Vide’. Tori Tallman est parvenue à s’enfuir sans laisser de trace. Les Nordiques ont interrogé les prisonniers et ont appris que leur clan recherchait un nouveau chef, et qu’il devenait de plus en plus anarchique. Skjør ne se faisait pas tellement de souci sachant qu’il avait affaire à un groupuscule sans la moindre organisation.

 

Suite à la décision du Haut Commandement, et grâce aux recherches du Bawman-Class Reseacher, Athéna 2.5 a bénéficié de plusieurs améliorations. Toutes les installations de S.N.U. ont reçu des nouveaux systèmes de communication, permettant à Athéna d’avoir des informations en temps réel sur les évènements dans les secteurs contrôlés. De plus, les équipes de chercheurs de Charlène Koran lui ont fabriqué un avatar, un androïde Achilles spécialement modifié, capable d’accueillir sa conscience. Le contrôle des installations ne lui a finalement pas été donné. Jurema a insisté pour que cette option lui soit impossible. Il se rappelait d’une mauvaise expérience avec Athéna, au temps où elle était l’IA de son vaisseau. Lorsqu’elle a été en lien avec Betty, le voyage de Jurema a faillit déraper.

 

 

La vie venait de reprendre son cours normal jusqu’à ce que le commandant soit appelé en urgence, alors qu’il discutait avec Derek sur la passerelle du Helheim. Geyser lui a demandé de le rejoindre près d’un panneau de maintenance de la coursive menant aux quartiers de l’équipage. Il s’est arrêté comme s’il avait foncé dans un mur lorsqu’il a vu le corps de Nuke baigner dans son propre sang, en plein milieu du passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Skjør : « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Nadeshda : « Je suis désolée, commandant. Il n’y a rien à faire, c’est trop tard. » dit-elle, en larmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je veux qu’on me dise pourquoi mon électricien est allongé par terre la gorge ouverte. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Geyser : « C’est un meurtre, commandant. Et je viens d’envoyer Shape et Grant enfermer le coupable. C’est… Leech qui a fait ça, commandant. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Un meurtre vous dites ? » demanda-t-il sur un ton intimidant. « Un membre d’équipage, qui en assassine un autre ? A bord de mon vaisseau ?? » demanda-t-il en s’approchant lentement de Geyser, en colère. « Je ne peux pas croire que vous m’apportez ce genre de nouvelles, Geyser. »

 

Geyser arrivait à craindre le commandant. Il voyait que c’était le genre de chose qui ne devait absolument pas se produire sous son commandement. Le contraire donnait un commandant DeimosReaper dangereusement en colère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est pourtant la vérité, je suis désolé. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Leech ? Leech et Nuke étaient amis enfin, c’est impossible ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Nous le savons tous, mais Leech a déjà tout avoué sur le moment, quand nous l’avons surpris admiratif devant sa victime en train de mourir. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Nadeshda, attendez l’arrivée du docteur, et occupez-vous du corps de Nuke. Je ne supporte pas de le voir comme ça. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Le docteur est déjà en chemin, commandant. Nous allons prendre soin du corps. » dit-elle, en larmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Geyser, laissez Igor ici avec les toubibs et venez avec moi. Je dois savoir pourquoi l’un de mes meilleurs guerriers a commit le pire des crimes. »

 

Igor est resté avec Nedshda pour empêcher l’équipage d’approcher du corps. Geyser et Skjør sont allés au bloc de détention du vaisseau. Skjør s’est approché de la cellule de Leech et l’a regardé dans les yeux avant de lui parler. Ce n’était plus un guerrier honorable qu’il voyait, mais un meurtrier qui ne demandait que du sang. Il ne reconnaissait plus Leech, il avait l’air d’un psychopathe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Pourquoi ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Leech : « C’est exactement la question qu’il faut se poser, commandant. ‘Pourquoi ?’. Pourquoi suis-je passé à côté de cette sensation ? » dit-il en souriant. « C’est vraiment… intéressant, et enrichissant comme expérience. »

 

Surpris de la réponse du guerrier, Skjør s’est retourné vers Geyser, qui était horrifié de voir son soldat réagir de la sorte. Skjør voyait que Leech n’était plus là, et que sa personnalité avait été comme remplacée. Il s’est de nouveau retourné vers le prisonnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Vous n’êtes pas un assassin. Je ne peux pas croire que vous ayez fait ça. Sans compter que Nuke était votre ami. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Oui c’est vrai, c’était mon ami. Et je l’en remercie car la tâche était d’autant plus facile. Vous savez ce que ça fait, commandant ? Voir le regard perdu et souffrant d’un ami, sentir la chaleur de son sang sur votre visage. (Grande inspiration) Ooouuuuuh c’est tellement bon. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Est-ce que vous allez me dire pourquoi vous avez commit cette atrocité ?? !! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je sens que vous vous mettez en colère, commandant. C’est là votre réponse. Je sentais que l’envie bouillonnait en moi. Et je sais que ça me reprendrait n’importe quand, c’est ça qui est génial… Avant que vous ne vous mépreniez, non, nous ne nous sommes pas fâchés. J’avais juste… très envie de l’égorger. »

 

Skjør s’est éloigné avec Geyser pour discuter.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Quelque chose m’échappe, Geyser. Leech a toujours été un peu comme ça, mais jamais il n’aurait commit de meurtre. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je suis comme vous, commandant. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Il a une sale gueule, je ne le reconnais pas. Il a peut être subit un lavage de cerveau, ou quelque chose du genre. Le docteur pourrait trouver des réponses. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est bien moi, commandant. Je n’ai pas changé, disons que j’ai découvert mon véritable but. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Non, ce n’est pas vous, soldat ! » répondit-il en se précipitant vers Leech. « Vous venez d’enfreindre la règle d’or de notre peuple, et vous savez très bien ce que ça va vous coûter. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Oh, oooh oui, oui bien sûr, commandant. Et c’est ce que je veux, désormais. Je veux une belle mort. » répondit-il, la tête haute.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Vous faites honte à ce que vous êtes, et à votre escouade, soldat. Je me chargerais personnellement de vous exécuter. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ah non… » dit-il avant de prendre une grande inspiration, en fermant les yeux. « Non ce n’est pas à vous de le faire, mon capitaine. J’ai trop de respect pour vous et je sais comment vous vous battez au corps à corps. Non, je préfère mourir de la main du Haut Commandeur. On dit que c’est une légende. »

 

Skjør a délicatement poussé Geyser sur le côté et s’est approché de très près de la barrière énergétique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « J’y veillerais, Leech, vous pouvez y compter. »

 

Soudain Duke est entré dans le bloc, fou de rage et s’est précipité vers la cellule de Leech.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Duke : « Espèce de pourriture ! Tu as tué mon frère ! Tu vas crever pour ça ! »

 

Geyser a retenu Duke pour le calmer et l’éloigner de la cellule. Skjør ne comprenait pas ce qu’il se passait, et il était bouleversé par tout ça. L’un de ses meilleurs guerriers était devenu une espèce de sauvage et il devait découvrir pour quoi. Il a fait transférer Leech à l’infirmerie, sous bonne garde pour le faire examiner par le docteur. Une fois les tests terminés, Leech a été remis en cellule et Valarios est allé voir le commandant personnellement à son bureau, alors qu’il était en compagnie de Janet pour parler de ce qu’il s’était passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Alors docteur, vous avez trouvé quelque chose ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Valarios : « Vous savez bien que rien ne peut m’échapper, commandant. J’étais armé de patience et prêt à passer tous les tests possible sur le sujet, quand une simple prise de sang m’a révélé la cause de cette panne comportementale. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Janet : « S’il vous plaît, doc. On sait que vous êtes un dégénéré du verbe, mais essayez de faire court pour une fois. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Votre difficulté à supporter ma personnalité lumineuse me blesse, Janet. Enfin bref, j’ai découvert que notre guerrier, ainsi que sa victime, ont été empoisonnés. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Empoisonnés ? » demanda-t-il surpris, en se levant de son fauteuil. « Comment ? Quand ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Les résultats sanguins ont révélé des traces d’une toxine ayant des effets psychédéliques et hallucinogènes sur notre système nerveux. Je n’ai jamais étudié cette fameuse toxine, mais j’en connais parfaitement les effets. Une zone particulière du cerveau, l’aire de Broca, qui représente la région frontale inférieure, semble se gaver de cette toxine. Ce qui rend aussi le sujet très violent, et très dépendant à la violence. A l’évidence, Leech n’a pas assassiné Nuke. Ils se sont battus, et le plus fort l’a emporté. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Pour moi ça ne change rien. Ça reste un meurtre, Nuke n’était pas un guerrier, et il n’aurait jamais fait de mal à qui que ce soit. Est-ce qu’on peut soigner cette horreur ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Malheureusement, non, j’en ai peur. Qui dit toxine dit dégâts, et dans ce cas présent, il s’agit de dégâts irréparables. Nous pourrions purger le corps de Leech de cette substance, ce qui empêcherait d’aggraver son cas. Mais les effets déjà causés sont irréversibles. En revanche, tant que cette toxine circule dans son système nerveux, cela ne va qu’empirer et provoquer un gonflement de l’air de Broca, et tuer le sujet. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Sa tête pourrait exploser ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Non, commandant. Ce serait de la science fiction ! En fait son cerveau commence déjà à prendre du volume, et il ne peut pas devenir plus gros que la boîte crânienne de Leech. Il va commencer à avoir de fortes migraines, à cause de la pression crânienne et son cerveau va se comprimer tout seul. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « D’accord, d’accord, je vois le genre. C’est comme une tumeur par exemple. Merci docteur. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Écoutez… commandant. Je suis navré que vous ayez à endurer tout ceci. » dit-il en s’approchant de Skjør. « Votre équipage compte beaucoup pour vous. Je vais examiner tout le monde pour être sûr que personne d’autre n’ai été infecté. Et je vais également continuer à étudier la toxine pour tenter de trouver un vaccin. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Est-ce qu’on sait comment Nuke et Leech ont été contaminés ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ils ont été piqués tous les deux. Je ne sais pas par quel procédé, ni par qui. Quoi qu’il en soit, cela ne vient pas d’un moustique de Warao A 3, si jamais vous vous le demandez. La toxine est artificielle, et j’ai retrouvé une trace de piqure sur chacun des sujets. Si ça peut vous aider, je fais personnellement le rapprochement avec ce qu’il s’est passé lors de notre détente. Une tentative de meurtre de la part de la Dague du Vide a été portée sur quelques uns d’entre nous. Leech et Nuke en faisaient partie. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Bon, parfait. Excellent travail, docteur. Vous pouvez y aller. »

 

Valarios a quitté le bureau, et Janet et Skjør n’ont pas tardé pour réfléchir à un plan pour se débarrasser de la Dague du Vide. Ce que les membres de ce clan capturés ont dévoilé aux Nordiques semblait peu crédible après ce qu’il venait de se passer. Il fallait savoir si la Dague du Vide était bien anarchique, ou si elle était organisée. Pour le savoir, il fallait mettre la main sur Tori Tallman.

 

Tout l’équipage est passé à l’infirmerie pour les prises de sang, personne d’autre ne montrait la présence de la toxine dans son organisme. Skjør a imposé une nouvelle directive dans le conflit avec le nouvel ennemi à l’équipage : ne plus s’en approcher. Kristen a appris ce qu’il s’était passé, et elle a rejoint le Helheim aussitôt une fois qu’il était posé à Ochoa Terminal. Elle est allée voir le commandant pour lui donner son point de vue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Kristen ? Qu’est-ce que… ah, ça y est, je devine pourquoi tu es là. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Kristen : « Que va-t-il arriver à Leech ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Tu connais nos lois, alors tu sais ce qu’il va se passer. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ne faites pas ça, je vous en supplie. Il n’est pas lui-même. Et… et il doit tout de même y avoir un moyen de le soigner ?! Je vous en supplie, je l’aime. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Tu l’aimes ? Je suis désolé… je ne le savais pas. Mais c’est trop tard, il n’y a rien à faire. Il est condamné, aussi bien par l’empoisonnement que par nos lois. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je ne vous crois pas. Il y a forcément une solution, il y en a toujours ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « La meilleure fin qu’il puisse lui arriver, c’est un dernier combat. Autrement, le poison lui réserve une mort lente et douloureuse. Et ne me prends pas la tête, bien qu’il n’ait pas le choix, c’est ce qu’il veut. Alors je vais lui laisser une chance de rejoindre le Valhalla. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je vois que vous êtes décidé à assouvir votre soif de vengeance. J’espère que c’est lui qui vous tuera ! »

 

Elle est partie, folle de chagrin. Valarios avait fini de préparer le corps de Nuke, qui était exposé à l’infirmerie. Le sang était nettoyé, la plaie refermée, le corps rafraîchi, et le frère du défunt lui tenait compagnie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Salut frangin…. J’ai apporté l’holo-cadre de papa… Nous sommes tous réunis comme ça. » dit-il, avec chagrin. « Tu te souviens quand on a fait cette prise ? Tu t’étais amusé en cachette avec sa vieille moto, avec ta copine, Scarlett. Je ne voulais pas que tu prennes la moto, mais tu m’avais assuré qu’elle reviendrait entière. Hahaa ! On était si jeunes et stupides… »

 

Il a essuyé ses larmes et posé l’holo-cadre sur l’abdomen de son frère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Il était rentré plus tôt ce jour-là, et il était fou de rage contre nous, quand il te voyait conduire sa vieille bécane, et qu’il m’a vu te filmer en train de faire le con. Il nous a dit que nous étions irresponsables, jusqu’à ce qu’on te voit tous esquiver cette grosse bestiole qui est sortie du sable. Tu t’es approché de nous avec la moto, et elle était nickel, pas la moindre griffe, toute propre. Le vieux était sur le cul. Puis il s’est mis à rire, et on a pris ce cliché ensemble… Je veux que tu repartes avec ce souvenir, frangin… T’as toujours été le plus beau gosse et le plus malin des deux. »

 

Le docteur est entré dans la pièce, et il s’est apprêté à repartir quand il a vu que Duke faisait ses adieux à son frère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je suis désolé, je repasserais plus tard. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Non, restez doc. J’ai terminé. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Toutes nos pensées sont tournées vers vous, Duke. Votre frère était un excellent élément, et un ami cher. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Vous vous êtes bien occupé de lui, docteur. Je vous en remercie. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « La cérémonie se déroulera ce soir. »

 

Duke s’est levé de son tabouret et il a posé la main sur le torse de Nuke.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Au revoir, frangin. »

 

Le docteur et lui se sont approchés de la sortie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Qu’est-ce qu’il va advenir de son meurtrier ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Leech est… condamné à mort. Un combat aura lieu entre lui et le commandant demain matin. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est parfait, j’avais peur que ce soit l’euthanasie. Je vous garantie que je serais présent pour voir le commandant le découper en morceaux, docteur. »

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts:

ABD - Episode 01

April 28, 2016

RG - Episode 01

April 28, 2016

ODJ - Episode 01

April 28, 2016

1/17
Please reload

Jotunheim Raiders

© 2017 Elite Dangerous - Jotunheim Raiders. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now