ODJ - Episode 24

April 5, 2016

Œuvre inachevée Pt.2

 

2 novembre 3305 :

 

Un vice-amiral de la Fédération était en train de lire des rapports de missions.

 

 

Mais ces rapports ne venaient pas de ses hommes. Avec son escadrille, Davis a lancé un assaut sur Justice Party of HIP 75262, ou du moins ce qu’il en restait. Il voulait retrouver le général Chi Blake, afin d’en apprendre plus sur ses défaites face à Star Norse Union. Blake a été capturé par Davis, cuisiné puis relâché. Finalement, le pauvre général n’était plus qu’une victime qui n’avait plus le moindre contrôle sur rien.

 

Alors Davis a pris toutes les traces d’affrontements qui opposaient les Nordiques et la dictature. Il s’est mis à citer les rapports à voix haute alors qu’il était seul dans son bureau, concentré, pour s’imaginer être sur les lieux aux moments des faits. Cela lui donnait une meilleure vision des choses…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Davis : « Ceci est le dernier journal du capitaine. Nous sommes désespérés, tout comme le général. Les barbares nous ont frappés avec une telle force, que Blake a fini par en envoyer ses unités n’importe où, et n’importe comment. Mais nous le comprenons tous, nous ressentons tous la même chose. C’est ainsi que les choses devaient sans doute se passer. La dernière zone de conflit a été reprise aisément par l’ennemi. Notre flotte était sur place avant lui, et nous pensions être prêts… Les vaisseaux de Star Norse Union ne sont pas plus performants que les nôtres, mais disons que ces pilotes se battent comme des bourrins. Avant leur arrivée, le colonel Reynald nous a préparés. Il s’est adressé à tous les pilotes : ‘Attaquez-les en nombre, concentrez vos tirs sur les vaisseaux isolés. Deux de nos bataillons arriveront de chaque côté pour les prendre par surprise, et nous refermerons notre mâchoire d’acier sur ces insectes !’ C’est ce qu’il s’est passé en effet, nos renforts sont arrivés au bout de 10 minutes, et ont encerclé l’ennemi. Mais les dents ont été brisées. Comme je le disais, leurs vaisseaux n’étaient pas plus performants, mais ces soi-disant nordiques étaient très bien organisés, et ils n’avaient pas peur de nous foncer dessus, comme s’ils ne craignaient pas la mort. Puis ils sont arrivés, les vaisseaux amiraux de l’unité d’élite de ces barbares : les Jotunheim Raiders. Eux, ils avaient de meilleurs vaisseaux, quasiment indestructible et crachant des projectiles dévastateurs dans toutes les directions, sans jamais rater leurs cibles. Ils représentaient les héros de leur faction, et à leur arrivée, comme à chaque fois, leur flotte devenait plus forte. Leurs pilotes nous mettaient des raclées, mais une fois que les Jotunheim Raiders se présentaient, le combat devenait un massacre… Le colonel a dû prendre la fuite, car son Anaconda était presque détruit. En fait, il n’a jamais rejoint Ochoa Terminal. Nous étions en train de perdre le spatioport. »

 

Il a ouvert un autre fichier. Pour lui, Justice Party of HIP 75262 n’était qu’une faction sans intérêt. Pour la Fédération, ce genre de faction indépendante ne représentait aucune réelle menace. Davis n’était pas admiratif devant des mots disant que l’ennemi de Blake était plus fort. Ce qu’il voulait, c’était connaître les manières de S.N.U., et d’éventuels points faibles. Il voulait savoir comment le général Chi Blake, qui autrefois contrôlait tous ces systèmes depuis des années, a été vaincu et brisé en quelques semaines. Car Justice Party of HIP 75262 était une puissante dictature autrefois, qui contrôlait 5 systèmes et mettait ses ennemis à genoux. Et désormais, elle était réduite à quelques petits vaisseaux, et son dirigeant se cachait dans l’ombre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Le colonel Reynald a fini par abandonner son vieil Anaconda, et il s’est échoué sur une planète. L’envahisseur a fini par prendre le contrôle de tout le système, et les autres populations le soutiennent. C’est un cauchemar, HIP 75262 est devenu un enfer. Nous sommes condamnés à vivre dans l’espace, à bord de petits vaisseaux comme des nomades, ou des pirates. Hand Gang a été la première faction que ces salopards ont réduite à néant. Et aujourd’hui, c’est notre tour comme ces vulgaires pirates. J’ai rencontré le général Blake hier pour la première fois. Et c’est un homme brisé que j’ai vu. Par toutes les étoiles, nous ne sommes que des soldats, nous n’avons pas à endurer tout ça ! Je veux dire, voir notre leader tomber aussi bas, ça a anéanti notre moral à tous. A l’évidence, notre chef suprême ne savait plus ce qu’il faisait. Il nous a envoyé mener une opération commando sur une installation planétaire, occupée par l’ennemi, ces sauvages. Au sein de notre faction, tout le monde dit que ce sont des animaux, qui se baignent dans le sang de leurs ennemis vaincus. Mais comment l’Homme a-t-il pu se retrouver à genoux face à un animal ?! Notre opération a échouée, les nordiques ne se battaient pas vraiment comme des bêtes, mais bien pire. Ils étaient très professionnels, talentueux, et le plus important : ils ne semblaient pas craindre la mort. Bien sûr, lorsqu’on leur tirait dessus, ils se mettaient à couverts, et ils avaient de belles techniques. Mais ils n’hésitaient jamais, et parfois ils quittaient leur couverture pour nous arroser alors que les tirs fusaient de partout. Je pense qu’ils ont foi en quelque chose qui les rend insensibles. Ils se fichent de mourir, comme s’ils étaient persuadés qu’une entité supérieure les protégeaient, ou comme s’ils savaient que la mort n’était qu’un voyage vers un monde meilleur, je n’en sais foutre rien ! Mais ce que je sais, c’est qu’ils n’ont aucune pitié. Je les a vus mutiler les cadavres de nos frères d’armes, pour s’assurer que personne ne jouait la comédie. On raconte qu’après une bataille, ils explosent la tête de tous les cadavres avant de les brûler. HIP 75262 est devenu un enfer, et Star Norse Union est sa légion de démons. »

 

Davis savait désormais que S.N.U. avait plusieurs points forts, mais que ses meilleurs atouts étaient les Jotunheim Raiders et sa religion. En cherchant plus loin dans les archives, il a vu aussi que Star Norse Union, malgré sa nature violente, savait négocier et se faire des amis. De nombreuses factions ont été épargnées et jouissaient de relations commerciales et d’une sécurité bien meilleures qu’autrefois. Star Norse Union ne cherchait pas à anéantir toutes les autres factions, mais à maintenir un contrôle total sur ses systèmes afin d’apporter aux citoyens une vie meilleure.

 

Il s’est renseigné davantage sur les Jotunheim Raiders, et il a appris que la guerre n’était pas son principal but. Le groupe apportait des richesses et des connaissances à sa faction, et ça la rendait plus dangereuse pour la Fédération. En somme, la Fédération a échoué, car autrefois elle a tout fait pour que ce genre de chose ne se produise jamais. En fait ça remontait à la destruction du Temple de Ull.

 

A Ochoa Terminal, la présidente était constamment en déplacement pour gérer plusieurs affaires. Et elle était accompagnée par Kido. Le spécialiste en démolition prenait son travail à cœur, même si ça l’embêtait que ses camarades à bord du Helheim profitaient du spectacle en première loge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Elin : « Dites-moi, Kido, je ne vous entends pas beaucoup. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Kido : « Pardonnez mon silence, madame la présidente. C’est parce que je suis trop concentré. Je dois vous protéger, c’est une mission des plus importantes. Et il y a aussi que, je ne suis pas très à l’aise. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Lâchez-vous, guerrier. Dites ce que vous avez sur le cœur. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « La vérité, c’est que vous me faites penser à votre frère, je suis intimidé. On raconte que vous avez menez de grandes batailles à l’épée et au bouclier dans un âge lointain. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « En fait Skjør se battait à l’épée. Moi je préférais la hache. » dit-elle en souriant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « On dit aussi que lorsque vous avez pris votre place de présidente, vous avez été formée en bien des domaines, sauf le combat au corps à corps. Ce serait vous qui avez formé vos instructeurs. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « On en raconte des choses… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Votre peuple vous admire, vous êtes devenue une légende vivante. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je vois que certaines choses que l’on raconte sur moi sont vraies. Mais le fait que je sois une légende, c’est un peu exagéré. »

 

Ils sont entrés dans une salle de conférence, où la présidente devait briefer des chefs de guerre et des ministres sur la Fédération, mais aussi sur le gang du Kumo. Kido s’est placé à l’écart, en gardant bien les yeux ouverts. Il observait chaque recoin, chaque objet, mais aussi les yeux de toutes les personnes présentes. Il a remarqué deux types au regard louche a fond de la salle, dans la zone la plus sombre. Il s’agissait des personnes les plus éloignées de la présidente, alors qu’elle se tenait devant son pupitre de conférence. Alors qu’elle s’apprêtait à démarrer son speech, Kido est intervenu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Madame, excusez-moi. » dit-il en s’approchant brusquement.

 

Il a fait signe à Elin de s’écarter du pupitre et il l’a examiné. Puis en levant la tête, il a remarqué que les deux types louches s’apprêtaient à quitter la salle. Son intuition a alors attiré son regard sur le podium, sur lequel Elin et lui se tenaient. Il a de nouveau observé les types louches alors que tout le monde se demandait ce qu’il faisait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « TOUT LE MONDE ! ÉVACUEZ LA SALLE !!! »

 

Il a rapidement attrapé Elin par le bras et ils ont couru vers la sortie. Ils n’étaient qu’à mi-chemin lorsque le podium a explosé. Ils ont fini tous les deux au sol. Kido a attrapé Elin et l’a aidée à se relever après avoir vérifié qu'elle n'était pas blessée, puis ils sont partis, accompagnés par deux gardes. D’autres sont entrés pour secourir les personnes restantes dans la salle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « (toux) Comment vous avez sut ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Quand j’étais gamin j’adorais les puzzles. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Vous avez reçu un coup sur la tête ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Non, madame. La dalle qui se trouvait sous le pupitre. Elle n’était pas dans le bon sens. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Mais il n’y avait aucun motif sur ce podium. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « La poussière, madame. D’après la couche de poussière, le podium n’a pas été nettoyé depuis au moins quatre jours. Et la poussière ça laisse des traces. Traces qui ne concordaient pas avec celles des autres dalles. Si cette dalle a été retirée pour une maintenance, alors le podium aurait dû être nettoyé... Et il y avait ces deux types au fond de la salle... »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Impressionnant, Kido. Gardes, demandez un verrouillage immédiat de la zone. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Garde : « C’est déjà fait madame. Toutes les issues sont bloquées, même les systèmes de ventilation, et nos hommes les surveillent. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Kido, accompagnez-moi au poste de garde le plus proche, et vous chercherez les suspects avec la vidéosurveillance. Vous avez vu leurs visages. »

 

Non loin de là, les poseurs de bombe se sont retrouvés dans une zone d'entretien déserte. Kristen les y attendait, arme de poing dans chaque main.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Kristen : « Bonjour messieurs. Vous avez échoué et vous êtes piégés. Comme vous le savez, je suis ici pour vous assister. Mais j’ai aussi pour ordre de vous éliminer si vous ratez votre coup. »

 

Elle a visé chaque tête avec ses pistolets, elle a exécuté ses collègues puis elle est partie en vitesse. Au poste de garde, Kido essayait de retrouver les suspects à l’aide des caméras. Un garde est arrivé en courant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Garde : « Madame la présidente, nous avons entendu des coups de feu dans un secteur voisin. On a envoyé des hommes pour enquêter. »

 

Quelques minutes plus tard, la zone était plus calme. Les cadavres des poseurs de bombe ont été retrouvés dans la zone d'entretien, et Kido les a identifiés. L’explosion a causé la mort d’un chef de bataillon, et a fait quelques blessés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Mon frère a eu raison de vous faire confiance, Kido. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Non, madame. Désolé mais je n’ai pas fait les choses correctement. J’aurais dû tout examiner avant cette conférence. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ne dites pas de sottises. Quoi qu’il en soit, les inspecteurs ont retrouvé l’identité de ces deux hommes. Ils faisaient partie du gang du Kumo, donc le commanditaire est le capitaine Lacombe. Cependant nous ne savons pas qui les a tués. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Sans doute un autre pirate qui devait les surveiller. C’est comme ça que fonctionne le gang du Kumo. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je vais contacter le Helheim. Je pense que j’y serais plus en sécurité, tant que cette histoire de pirates ne sera pas réglée. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Le Helheim ? Vous… vous êtes sûre ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Allons, soldat, je pense que ça vous ferait plaisir de remonter à bord. » dit-elle en posant la main sur son épaule.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « En fin de compte, votre frère avait raison. L’explosion du Type 9 dans les hangars a servit de diversion, afin que ces criminels s’introduisent dans le spatioport et y posent des pièges. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Alors continuons de montrer à ces pirates que nous sommes plus malins qu’eux. »

 

Elin et Kido sont partis pour rejoindre le QG. Kido était bien plus sur ses gardes, et à chaque fois que la présidente s’apprêtait à rester dans une pièce, il passait devant pour tout inspecter. Elin a de nouveau enfilé sa combinaison Remlok, et le Helheim a été rappelé à la base pour la récupérer.

 

Michael Davis, qui continuait d’en apprendre plus sur son ennemi juré, s’est laissé guider par un dossier de mission échouée de Justice Party. Ses recherches l’ont mené à une ancienne base que la dictature a dû abandonner sur Daha D 3. Il y est descendu avec quelques uns de ses hommes. La base était entièrement détruite, et abandonnée.

 

 

 

 

Le but de cette visite était très précis : identifier les méthodes et les intérêts de l’ennemi lors d’un tel assaut. Davis repérait et analysait chaque détail. Il pensait que la guerre n’était pas l’unique solution pour battre les Nordiques. En parcourant cette base, il ne pouvait s’empêcher de remarquer que tout matériel informatique était détruit volontairement, mais aussi que du matériel d’approvisionnement était toujours là à prendre la poussière. Il en concluait que S.N.U. ne convoitait pas cette base, mais qu’elle voulait la confisquer au général Blake. Elle n’avait aucun intérêt stratégique pour l’Union.

 

Le Berserker était en orbite, Kylee avait pour mission de surveiller le Hauntless II. Elle l’a vu pénétrer l’atmosphère, alors il ne lui restait plus qu’à rédiger son rapport et attendre. Bien que le Hauntless II était vulnérable, posé en surface, elle ne pouvait rien faire. Les ordres devaient être suivis à la lettre. En voyant que la cible c’était posée dans un ancien champ de bataille, elle a demandé au Haut Commandement si le Berserker pouvait s’approcher pour observer ce qu’il s’y passait. Malheureusement, il fallait être le plus discret possible. Kylee commençait déjà à se faire des idées sur les intentions de Davis : Voulait-il reprendre l’ancienne base et la reconstruire pour lui ? Cherchait-il à y cacher une arme secrète ? Ou en trouver une ? Le Berserker n’était malheureusement pas équipé pour établir une vue satellite.

 

Skjør se rendait sur sa passerelle, accompagné de sa sœur, tous deux souriants jusqu’à ce que Janet vienne les prévenir d’une chose très importante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Janet : « Soyez la bienvenue à bord, madame la présidente. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Jane… qu’est-ce que tu fais ? On se connaît, non ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Oui, mais je voulais juste que tu te sentes toujours dans ton rôle, même si c’est Skjør qui commande ici. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ce n’est pas la peine. Parfois, ça fait du bien d’oublier un peu ce titre et de redescendre. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « On vient de recevoir un message assez particulier, de la part de la Fédération. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- DeimosReaper : « Qui ça ‘nous’ ? Notre faction ? Ou le Helheim ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ce message t’es adressé personnellement. Michael Davis semble vouloir négocier un traité de paix avec toi. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Négocier ? Il lui a fallu attendre de préparer son nouveau vaisseau pour négocier ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Il est peut être prudent ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Kylee l’a vu descendre vers une base de Justice Party que nous avons détruite dans le passé. Il doit préparer quelque chose. »

 

Skjør s’est mis à tourner en rond pour réfléchir. Janet et même Elin sont restées silencieuses par respect.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « (soupir) C’est d’accord. Je suis curieux d’écouter ce qu’il a à me dire. Envois une réponse. En attendant nous avons des terroristes à retrouver… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « A quoi tu penses ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je suis certain que Kristen était présente à Ochoa Terminal, au moment de l’explosion qui visait à tuer ma sœur. Elle doit s’y cacher, pour coordonner les attaques en interne. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Mais maintenant je suis ici, à bord de cette forteresse et entourée de personnes de confiance… Je sais qu’il y a toujours le risque que les pirates ne s’arrêtent pas là. D’autres personnes sont menacées au spatioport. Je veux que quelqu’un retrouve cette folle furieuse. »

 

 

3 novembre 3305 :

 

Le Celestial Ofnir s’est posé sur Daha D 3, à proximité de la base abandonnée. C’était là que Davis a proposé de faire la rencontre. Beaucoup étaient volontaires pour accompagner le Haut Commandeur, mais seuls quelques uns ont été sélectionnés. Il ne fallait pas emmener trop de personnes importantes dans un piège possible. Janet, Gateway, Samos, Grant et Geyser sont venus avec lui.

 

 

Les fédéraux ont accueilli le groupe près du pipeline, et les ont menés à l’intérieur de la base, jusqu’à une salle préparée spécialement pour l’occasion.

 

Davis avait fait restaurer la pièce, et y a fait installer des chaufferettes, une grande table et un banquet. Dans cette pièce, les armes étaient interdites aussi bien aux nordiques qu’aux fédéraux. Davis était en bout de table, il s’est levé de son fauteuil lorsqu’il a vu tout le monde entrer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Vous voilà, soyez tous les bienvenus. Je vous en prie, prenez place. »

 

Tout le monde a pris sa place autour de la table, les nordiques d’un côté, les fédéraux de l’autre et Davis en bout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Haut Commandeur Skjør Bjarkan, permettez moi de vous dire, pour commencer, que je suis heureux que vous aillez accepté cette invitation. »

 

Skjør a levé son verre vers Davis en le regardant dans les yeux sans dire un mot. Quelques plats ont été servis et les nordiques n’ont pas attendu une seule seconde pour se servir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Croyez-bien que mes supérieurs et moi regrettons les conséquences de notre dernière rencontre. Mais… nous savons que votre vaisseau scientifique n’a pas été impacté, et que vous avez réussi à réparer votre navire. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Nous savons aussi que vous avez un nouveau vaisseau. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est vrai, mais j’ai aussi été rétrogradé. » ajouta-t-il en souriant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Oh… mais vous savez aussi bien que moi que ce n’est pas parce que vous avez désobéi aux ordres vice-amiral. La véritable raison, c’est que vous avez échoué. Notre mega-ship a intercepté une transmission fédérale désignant un plan d’attaque, vous avez voulu détruire toutes traces de cette transmission en attaquant notre peuple, mais vous avez perdu. »

 

Les autres ne disaient rien. Janet regardait Skjør tout en mangeant, se disant qu’il commençait déjà à provoquer Davis. Mais le vice-amiral gardait son sang froid. Skjør ne pouvait ignorer l’expression faciale d’un des officiers du vice-amiral. Le Capitaine Roger Tannis. L’homme ne semblait pas très heureux d’être là, et son visage montrait qu’il méprisait les nordiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Certes… A présent les choses changent, Haut Commandeur. Vous êtes une faction puissante, plus puissante que ne l’était Justice Party. Et comme vous le savez, les conflits entre factions puissantes doivent se régler pacifiquement. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Cela dépend, en fait. Non ? » dit-il avant de boire dans son gobelet. « Si les deux factions sont à forces égales, alors des négociations doivent avoir lieu. Car un combat ferait bien trop de victimes. Si une faction a une puissance militaire plus importante, alors elle doit écraser son ennemi sans hésiter. »

 

Samos s’est penché vers Skjør pour lui parler discrètement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Samos : « Qu’est-ce que vous faites, commandant ? Je croyais que vous vouliez jouer le jeu. » demanda-t-il à voix basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Sachez que nous avons été indulgents avec vous, Skjør Bjarkan. Nous n’avons pas oublié ce que vous avez fait à HIP 75262 Solutions. Noor McConnell voulait répliquer après l’incident sur le chantier à Farraguts. Mais il lui a été ordonné de rester en retrait. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est vrai que nous y sommes allés un peu fort avec elle. Mais il était nécessaire de montrer à cette faction qu’il ne fallait pas nous provoquer, et encore moins capturer un de nos hommes pour le torturer, puis le massacrer sans la moindre pitié. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Oui nous avons eu vent de cette affaire -personnelle-… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ce n’était pas qu'une affaire personnelle, mais une punition. Cet homme était un membre de mon équipage, il n’était pas recherché et ce n’était qu’un électricien. Il n’avait fait de mal à personne. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je comprends. Maintenant passons. Parlons de l’avenir si vous le voulez bien. Nous sommes ici sur un terrain neutre, qui n’appartient à personne. La Fédération n’ignore pas que nous sommes en conflit depuis des années maintenant. En étant témoin de votre force et votre détermination, nous vous proposons d’arrêter d’en venir aux armes, et d’arriver à coexister. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Vous voulez que Star Norse Union devienne un allié comme les Black Birds ? Vous voulez que nous mettons nos forces à votre service afin d’établir une confiance mutuelle, et de nous promettre paix et protection ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « N’allons pas trop vite, c’est envisageable dans un avenir proche je l’espère. Mais pour le moment, nous souhaitons mettre en commun nos ressources et partager des territoires. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je vous écoute. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Nous aimerions vous aider à rebâtir et repeupler cette base. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Si nous l’avons laissée comme telle après notre passage, c’est parce qu’elle nous importait peu. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je m’en doutes, pourtant elle pourrait vous être utile. Nous avons-nous-même un avant-poste non loin d’ici, un bunker souterrain qui pourrait vous servir de relai militaire. Il est habité par Bajau Blue Natural Corp, une de nos factions. Nous pourrons vous approvisionner en armement et matériels. En contrepartie vous pourrez effectuer des missions avec nous. Nous pourrions établir des communications entre votre faction et les factions fédérales du secteur. Cela permettrait d’éviter tout incident ressemblant à la perte de votre membre d’équipage, et notre attaque sur le BCR. »

 

Skjør s’est mis à réfléchir. Il savait qu’une coopération avec la Fédération ne pourrait pas durer. Car Star Norse Union voulait conquérir tout le secteur d’une part, et d’autre part la Fédération n’avait aucune parole. Mais Skjør voulait voir ce qu’un peu de changement pourrait donner. Ce qu’il voulait éviter, c’était de s’unir avec la Fédération pour annihiler tous les autres peuples. Et rien ne prouverait que la Fédération finirait par trahir l’Union. Il ne fallait pas non plus écarter le fait que Skjør voulait se venger de la mort de Joshua.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Alors, Haut Commandeur ? Que dites-vous ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Notre faction ne manque de rien… Mais c’est toujours bon d’avoir plus. Je suis prêt à accepter mais avec quelques conditions. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Lesquelles ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « La Navy fédérale devra respecter notre espace aérien, et nous éviterons de pénétrer dans le vôtre. De plus, aucun fédéral ne mettra les pieds dans cette base lorsqu’elle sera opérationnelle, et il en sera de même pour nous dans votre bunker. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est… plutôt correct. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ce n’est pas tout. Nous n’accomplirons aucun contrat d’assassinat sur des civils, qu’ils soient de factions encore inconnues, allées ou ennemies. Notre faction l’interdit, et ça ne changera jamais. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Nous devrons tout de même connaître vos activités ici. Alors, comme vous serez proches d’un de nos territoires, vous serez surveillés. Et il nous faudra des rapports. »

 

Janet a dit quelque chose à l’oreille de Samos, qui à son tour s’est penché vers Skjør. Ils se sont mis à converser en vieux norrois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est inacceptable, commandant. Ils veulent nous contrôler. » dit-il à voix basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Ils s’attendent à ce que nous faisions comme les Black Birds. Cette base servirait de QG de mercenariat. D’une certaine façon, la Fédération serait l’employeur. » répondit-il à voix basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Si on commence comme ça, et que ça fonctionne, ils finiront par nous tenir en laisse. Et c’est ce qu’ils cherchent depuis le début, si nous acceptons tout ira plus dans leur sens que dans le nôtre. » dit-il à voix basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je sais, mais il va falloir me faire confiance. » répondit-il à voix basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « La présidente et le Jarl Jurema ne vont pas aimer ça. Vous savez que le Jarl a eu de très mauvaises expériences avec la Fédération autrefois. » ajouta-t-il à voix basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « La présidente m’a donné les pleins pouvoirs pour cette affaire. » répondit-il à voix basse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Y a-t-il un problème ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Aucun problème, vice-amiral. Mon camarade a simplement quelques idées pour les projets futurs de cette base. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « C’est… bien. C’est très bien. Alors ? Que répondez-vous ? »

 

Skjør s’est arrêté un moment pour observer ses amis. Samos, Geyser et Grant n’avaient pas l’air emballés par l’idée. Mais il voyait que Janet et Gateway le suivraient quoi qu’il décide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Au nom de Star Norse Union, j’accepte cet arrangement. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Et je suis volontaire pour diriger cette base. » ajouta-t-il haut et fort en se levant de sa chaise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Fantastique ! »

 

Skjør a été très surpris de la réaction de Samos. Il est resté comme un spectateur sans savoir quoi dire…

 

Après cela, ils ont tous mangés ensemble. La tension est descendue et tout s’est terminé sur une petite fête. Skjør marchait entre toutes ces personnes avec son gobelet dans la main, comme s’il faisait une inspection. Puis le vice-amiral l’a invité à s’asseoir près de lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Il est vrai que nous avons tous commis des erreurs. Et je suis désolé pour vos pertes, quelles qu’elles soient. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Lors d’une guerre, il y a toujours des pertes. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Haut Commandeur, je ne peux vous cacher que j’ai été très impressionné par vos talents et votre détermination lorsque nous nous sommes battus. C’est ce qui me plaît chez vous. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Et vous avez sût reconnaître un échec. Votre décision de partir a sauvé votre équipage. Vous aviez pourtant un navire étudié pour détruire le Helheim. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Mais comme je vous l’ai dit, vous étiez très déterminé. En réalité ce jour-là, je ne m’attendais pas à ce que vous combattiez avec autant d’acharnement, alors que votre survie n’était pas assurée. Mais maintenant je sais pourquoi : vous-autres nordiques, vous voulez impressionner vos dieux. Et je pense que vous les avez impressionnés. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Maintenant espérons que notre nouveau partenariat nous mène à une alliance. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Je pense... être un homme de parole, tout comme vous j'en suis persuadé. La Fédération s’engage à laisser vos territoires tranquilles si en contrepartie vous renoncez à conquérir son espace. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Cela me semble juste. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Haaaa, Skjør Bjarkan… Si nous réussissons, nous aurons enfin montré à la Fédération que d’attaquer des factions mineures ne règle pas tous les problèmes. Mais qu’une coopération est bien l’unique solution, et la meilleure. Je suis profondément convaincu qu’une grande et longue amitié va s’installer entre Star Norse Union, et la Fédération. »

 

Tout c’est terminé et il était temps pour tout le monde de repartir. Les Nordiques étaient en chemin vers le Celestial Ofnir, jusqu’à ce que Samos fassent la réflexion de trop.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « J’espère que tout se passera bien, parce qu'on prend de gros risques. »

 

Skjør s’est arrêté de marcher juste devant lui et lui a barré le passage en le regardant froidement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Tout ça dépend de toi désormais, comme tu t’es autoproclamé souverain de cette futur communauté. Maintenant tu dois réaliser quelle erreur tu as faite, si jamais cette base subit un assaut... tu n'es pas un guerrier. » dit-il avant de reprendre le chemin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Mais… nous aurons des défenses ! N’est-ce pas ? Et puis je suis négociateur de métier, je pense être à la hauteur ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Avoir des défenses c’est bien. Mais encore faut-il savoir s’en servir, petit malin. » ajouta-t-elle en passant à côté de lui pour suivre Skjør.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Il fallait bien que quelqu’un se porte volontaire ?! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- « Oui, mais surtout pas toi ! Tu n’as aucune connaissance en combat, ni en stratégie militaire. » répondit-il en continuant de marcher vers le vaisseau, les poings serrés.

 

Ils sont tous montés à bord et Janet a envoyé son rapport au Haut Commandement pour que les choses se préparent. Le capitaine Roger Tannis observait le Celestial Ofnir décoller, s’imaginant le voir exploser en vol.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts:

ABD - Episode 01

April 28, 2016

RG - Episode 01

April 28, 2016

ODJ - Episode 01

April 28, 2016

1/17
Please reload

Jotunheim Raiders

© 2017 Elite Dangerous - Jotunheim Raiders. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now